CES PATRONNES QUI CARTONNENT

Florence Lafragette rachète en 2019 la Maison Petrusse, dont elle élargit les horizons.

"En 2019, Florence Lafragette rachète la Maison Petrusse. Cette amoureuse d'art, aujourd'hui âgée de 45 ans, ne vient pas de nulle part. Dans les années 2000, la jeune femme crée avec trois autres productrices l'association de vigneronnes Les Médocaines pour promouvoir le tourisme viticole. "Déjà, à l'époque, j'aimais raconter des histoires à travers le vin", rembobine-t-elle. A 25 ans, elle est propriétaire de trois châteaux (Médoc, Pessac-Léognan, Graves). " Le vin coule dans mes veines, mais ce n'est pas moi." Elle tourne la page.
Florence Lafragette poursuit sa carrière à Paris, au sein du groupe L'Oréal où elle acquiert une solide expérience dans la communication et le digital : "J'ai suivi la voie qu'on avait tracée pour moi. Mais dans le fond, je voulais dessiner, créer." Elle entame une troisième carrière, plus proche de ses rêves cette fois. Un rêve nommé Petrusse."

UNE MAISON EN EXPANSION

Entre Paris et le Château Mauriac au cœur du vignoble bordelais, "Florence Lafragette et ses équipes font fleurir, collection après collection, le catalogue de la marque : carrés de soie ou de laine, capes, étoles, tissus d'ameublement etc. La Maison Petrusse grandit. Ces derniers mois, la patronne a revu sa stratégie de communication, délocalisé une partie de la production en France et développé les outils numériques. "Nous communiquons même sur les réseaux sociaux chinois", illustre la propriétaire. Cette stratégie a permis à la Maison Petrusse (26 employés aujourd'hui) de gagner des parts de marché à l'étranger : Japon, États-Unis, Canada et Europe.
Les valeurs de solidarité de la marque n'ont pas été oubliées. Plusieurs partenariats ont été noués avec l'hôpital de Langon, la Fondation de France, Maison Rose ou l'Académie Younus. Des actions correspondant à l'ADN de la Maison Petrusse et de sa patronne Florence Lafragette".

#ENTREPRENARIAT #EQUIPES #JOB #INNOVATION #MAISONFRANCAISE #ART #RSE #REVUEDEPRESSE

Article et photo : Arnaud Dejeans
Sud Ouest - Eco & Entreprises ; Décembre 2021